Traduire privacy : Vie privée ou sphère privée ?

Dans mon dernier billet, j’ai présenté, en anglais, mes réflexions méthodologiques sur l’étude historico-philosophique de la privacy. J’ai ensuite présenté la méthode de travail du Centre for Privacy Studies, définie par son directeur, Mette Birkedal Bruun. Je souhaite dans ce présent billet, écrit en français avec une bonne raison, aborder le problème soulevé par mon collègue Michael Green, concernant la traduction des concepts utilisés pour l’analyse de la privacy.

Tout d’abord se pose la question de traduire la notion de « privacy ». A première vue, il est logique de traduire privacy par vie privée parce que nous avons en droit un « right to privacy » correspondant au « droit à la vie privée ». Deux questions se posent, cependant, avec ce choix. D’abord, il limite la compréhension de privacy à une notion moderne et contemporaine liée à l’apparition de ce droit. En ce sens, une étude de la privacy ou vie privée se limiterait à l’évolution de cette notion moderne et contemporaine. Certes, elle pourrait ne pas se borner à une conception juridique et inclure l’histoire des idées avec le développement de la notion de droit de l’homme, de l’individu, du soi. Mais, il n’en reste pas moins que c’est une limitation de la notion de privacy. Il est donc nécessaire de déterminer dès le début qu’il ne s’agit pas d’une histoire du droit à la vie privée lorsque l’on parle de vie privée, tout comme a history of privacy n’est pas a history of the right to privacy.

En outre, l’histoire de la vie privée a une histoire elle aussi. Au dix-septième siècle, on s’intéresse à l’étude de la vie privée des personnes dans le passé. La seconde moitié du dix-huitième siècle montre un engouement pour la vie privée.

On s’intéresse par exemple à la vie privée des Romains. Cela montre que la notion de vie privée commence à s’installer dans les esprits.

Billedresultat for de la vie privée des romains d'arnay"

La seconde question qui se pose, à mes yeux, concerne la corrélation dans les deux langues de ce que signifient privacy en anglais et vie privée en français. Linguistiquement parlant, les deux ont en commun le mot issu du latin privatus. Privacy en anglais, est composé de l’adjectif private (du latin privatus, privatum) et du suffixe –acy. Selon le Oxford English Dictionary, la definition de privacy est : “The state or condition of being alone, undisturbed, or free from public attention, as a matter of choice or right; seclusion; freedom from interference or intrusion.” L’origine du mot viendrait d’une erreur de copie de privity en 1534.

Vie privée est dans le dictionnaire Trésor de la Langue Française sous « vie »: «  [Constr. avec un adj. ou un compl. prép.] Part de l’activité humaine, de l’existence d’une personne ou d’une collectivité envisagée du point de vue de l’activité exercée, des occupations. » Pour « privé » : « 1. Dont seuls quelques particuliers peuvent faire usage; où le public n’est généralement pas admis. […] 2. Qui appartient en propre à une ou à plusieurs personnes. […] 3. Qui a lieu dans l’intimité, sans public; qui concerne un petit nombre de personnes. […] 4. Qui est d’ordre strictement personnel; qui ne concerne pas les autres. […] − Vie privée. Anton. vie professionnelle, publique*. »

Comme je l’ai argumenté dans mon précédent billet, privacy ne peut se résumer à un concept au sens philosophique du terme. Par conséquent, le problème est moins celui de la traduction d’un concept et des considérations que cela entraîne. Concept qui, de toute façon, n’existait pas à l’époque que nous étudions (1500-1800) au sens où nous l’entendons aujourd’hui.

La définition anglaise commence par la notion « d’état » ou « de condition », dans laquelle on peut se trouver « hors de l’attention publique » « par choix ou par droit ». On peut remarquer l’absence de spécification sur le sujet en question : une personne ou un groupe de personnes. On peut aussi remarquer l’absence de spécification sur la nature de cette « attention publique » : regard, ouïe, odorat, savoir, connaissance d’un secret, etc. Vie privée pourrait se résumer à « part de l’activité humaine, de l’existence d’une personne ou d’une collectivité envisagée du point de vue de l’activité exercée, des occupations » « qui est d’ordre strictement personnel ; qui ne concerne pas les autres ». Il me semble que nous pouvons retrouver les mêmes éléments dans les deux langues concernant la condition ou l’état d’absence d’attention extérieure, et le fait qu’il puisse s’agir d’une personne ou d’un groupe de personnes.

Noisy sphere Cette traduction me paraît aussi bonne parce qu’elle évite la conception de « sphère privée », aussi utilisée en allemand, Privatsphäre. L’idée de « sphère » en elle-même suppose une délimitation. Hors, c’est le propre même d’une étude sur la vie privée de questionner la notion de délimitation. Les limites peuvent être négociées, repoussées, superposées. D’autre part, la notion de sphère implique, même inconsciemment, l’image d’un espace. Cependant, on peut trouver des exemples de privacy sans espace, comme le recueillement dans la prière par l’action d’un voile ou de joindre les mains. L’espace physique, la sphère, est minimale voire inexistante, mais la distance à l’autre est immense.

Pour la traduction de household, en revanche, « sphère domestique » me semble propre. Le foyer ou la maison ne sauraient correspondre car il faut comprendre un ensemble de personnels outre la famille. Ces personnes forment une sphère répondant à l’espace domestique proprement dit, ou s’étendant avec ces personnes lorsqu’elles sortent de cette espace.

Si nous comprenons « vie privée » selon cette définition, il me semble que cela soit une bonne traduction de privacy. Il reste alors à se poser la question avec Philippe Ariès : « Une histoire de la vie privée est-elle possible ? »

[1] Philippe Ariès, ‘Pour une histoire de la vie privée’, in Histoire de la vie privée, ed. Philippe Ariès and Georges Duby, vol. 3: De la Renaissance aux Lumières, 5 vols (Paris: Seuil, 1986), 7–19.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.